F A C E    A

Plus d’une cinquantaine de personnages
se sont invités sur ce côté original
Nous allons les découvrir ensemble
Nous allons poursuivre notre quête de figures "cachées" dans la création de Margin, cette fois sur le côté original. Il faut garder à l'esprit que Margin n'a jamais eu l'intention de créer ces "personnages" ni ne les a vus, sauf ce premier visage à l'issue de ses quatre sessions d'environ une heure et sauf quelques autres par la suite. Ce n'était pas ce qui importait pour elle. C'est plutôt moi, son conjoint, qui me suis intéressé le plus à cet aspect de la toile 'Révélation ' après qu'elle m'eut indiqué qu'une figure semblait se détacher, et cela, sur la face B. Je devais y reconnaître, stupéfait et incrédule, la figure de mon père décédé. En aucun cas, ces formes n'ont été placées là volontairement. Et en définitive, il aura fallu plus de neuf années, à raison d'un examen quasi quotidien des reproductions de l'original pour arriver à en dégager les contenus que je vous présente aujourd'hui. Ces présupposés étant clairement établis, nous poursuivrons notre route.

Pour grossir les caractères des textes, utiliser au besoin en PC Ctrl +   en Mac Commande +    ou   Ctrl et la molette de votre souris pour zoomer temporairement.


Révélation ou
la Mémoire du temps




Redonner vie à ces êtres enfouis dans le temps et l’espace; libérer ces prisonniers de l’oubli en les faisant ressurgir dans la mémoire du temps et en leur recréant un espace où se manifester; redonner à leurs âmes un corps qui nous fasse les reconnaître, voilà ce qu'a été ma quête la plus passionnante dans cette dernière décennie tant cette création me fascinait et que je la trouvais tout simplement phénoménale.

Trace de pieds sur le sable


Des contours essentiels


Les tracés contourés et les déga-gements sont nés de la nécessité de bien montrer ce que l’on perçoit et qu’un doigt qui pointait en direction d’un ou plusieurs détails, en sus des explications données, n’arrivait pas à faire percevoir clairement. Alors, privilégier les mêmes lignes, les mêmes contours fait voir normalement les mêmes formes.

Les ombres ajoutent aux formes, ce qu’un contour trop net vient enlever à celles-ci, les dépouillant souvent, du même coup, de ce qui leur donne un contexte, du relief et contribuent ainsi à rendre la figure plus réaliste, ces ombres partici-pant à la forme que l’on veut faire percevoir correctement. À vous aussi donc de créer vos images en privilégiant, à votre tour, des traits, des textures, des couleurs, incluant les ombres.


D'un flou global à des formes très définies

En privilégiant les mêmes lignes ou contours déterminés par des teintes ou des couleurs qui tranchent sur celles qui lui sont voisines, l’oeil en vient à détacher clairement, non sans difficulté, des formes qui se transforment en figures et finalement en personnages. Ces formes, au premier abord quasi impossibles à détecter tant elles sont parties prenantes de leur environnement chromatique, se révèlent progressivement et s’imposent à l’esprit de celui ou celle qui regarde, soit par suite, le plus souvent, d’un regard furtif, ou bien parfois suite à une observation prolongée.


Multiples et multidirectionnelles

Ce qui étonne, c’est la multiplicité des figures amalgamées les unes aux autres, imbriquées à tel point qu’une tache servant, par exemple, d’oeil à un personnage devient le nez d’un autre personnage et la bouche d’un troisième. Ce qu’il y a d’extraordinaire également, c’est qu’inversé dans le sens bas haut ou endroit-envers, si vous préférez, les mêmes traits servent à former d’autres personnages qui, à leur tour, s’empruntent mutuellement des traits et cela est vrai dans les quatre sens que l’on puisse tourner et regarder l’oeuvre.

Soleil en bois - faisceau multi-directions

Bien sûr, l’oeil de celui qui regarde doit souvent faire abstraction des “taches” qui font écran ou obstruction à une saisie nette et claire de la forme privilégiée pour en extirper l’individualité. D’autant plus que plusieurs formes sont imbriquées, voire amalgamées. Mais, une fois que l’on s’est bien représenté un personnage et que son esprit le détache bien de l’ensemble, il devient progressivement impossible de retrouver le regard vierge initial où tout semblait se confondre en un tout plus ou moins indifférencié de couleurs, comme jetées là par hasard sans que l’on puisse d’emblée se représenter quoi que ce soit de bien défini. Il m’arrive parfois de ressentir des moments de nostalgie du regard originel et “innocent”.


Quelque chose d'insolite


Inattendu et insolite

Rien ne laissait présager, au départ, l’importance colossale de ce bout de papier enduit de substances huileuses au hasard de l’inspiration de son auteure. Il aura fallu remarquer un premier visage, puis quelques autres formes plus ou moins nettes avant que la découverte d’un visage significatif (celui de mon père décédé peint là à l’envers du sens de l’exécution) et éventuellement, un an plus tard environ, d’un visage incroyablement bien défini (le Hidalgo) pour lancer de façon définitive cette quête ou cette chasse aux visages enfouis dans la toile “Révélation”.




L'accumulation met fin à l'impres-sion de hasard.     Sigmund Freud



On ne meurt pas, on change seule-ment de monde.       Erica Jong