Coffre à bijoux
      Je découvrais l'abstraction d'une façon tout à fait concrète.

Encore des tableaux tout à fait spéciaux

Vous aurez sans aucun doute parcouru les pages consacrées à la toile "Révélation" avant même d'atterrir sur cette page. Prenant pour acquis ce fait, je pourrai vous montrer d'autres tableaux de Margin qui ont, à leur tour, une facette mystérieuse quand à leur contenu inusité. D'où le nom de la section, "Spéciales" pour référer à ces réalisations.

Ce que ces tableaux ont d'abord en commun, c'est qu'ils datent pour la plupart de la même époque. Rappelons-nous que Margin a commencé ses activités de dessins et de peinture peu avant 2002 et ces toiles ont vu le jour après
"Révélation" qui, elle, a été réalisé quelque part en fin février ou en mars 2002.

À noter dès le départ que ces lignes tracées pour circonscrire les formes que je veux faire ressortir sont miennes et non de Margin elle-même. Dans le sens qu'il s'agit d'une pure interprétation ou projection de ma part, comme l'ont été la très grande majorité des visages repérés et mise en exergue dans les pages consacrées à la toile "Révélation".

Ceci dit, regardons de plus près quelques autres de ces créations intrigantes sous certains rapports. Débutons avec cette toile que j'ai voulu nommer
"Le Christ au Jardin des oliviers" que voici à l'instant.

Quand je songe que cette oeuvre a été réalisé à l'éponge, je ne peux que m'émerveiller du résultat si l'on considère le contenu. Vous aurez sans doute remarqué comme nous, qu'un visage se détache assez nettement de l'ensemble. Figure que plusieurs voudront voir comme le visage du Xt, Jésus de Nazareth, crucifié par les Romains à la demande insistante de certains Juifs notables de l'époque. Surtout que celle-ci a été réalisé dans le temps de Pâques!

Qui plus est, un autre visage se détache tout aussi nettement de par la précision de ses traits, mais je ne l'ai pas aperçu immédiatement, car il ressort de façon moins évidente jusqu'à ce que l'on ait repéré celui-ci. Il vous faut le trouver vous-mêmes avant que je ne vous dévoile son emplacement. Je l'ai appelé Judas pour être en accord avec le titre de la toile et pour faire référence à l'apôtre qui, déçu que sa vision du Messie ne corresponde pas finalement à celle que Jésus lui-même incarnait, l'a livré aux soldats romains pour quelques pièces d'or. Je le répète, les traits de ce second personnage sont très affinés. Persévérez jusqu'à ce que vous le voyiez parfaitement.

Cliquer sur cette image pour voir ce que vous n'avez peut-être pas aperçu encore.
Si vous n'arrivez toujours pas à distinguer nettement ce personnage bien défini,
survolez ce lien avec votre curseur: "
Judas".

Tout de même étonnant, non? ces deux figures de proue si bien campées - à l'éponge, s'il vous plaît! Comment est-ce possible, je me le demande. Ne me dites pas que Margin s'est représentée ces personnages afin de les exécuter tels qu'ils apparaissent. Non point. Si elle a vu le visage du Christ en cours d'exécution ou une fois l'oeuvre terminée, elle n'avait aucunement aperçu l'autre visage, pas plus que vous sans doute en regardant ce tableau. N'est-ce pas mystérieux que tout cela, je vous le demande.
Monsieur manifeste de l
  • Si le merveilleux ne vous effraie pas...
  • … alors, suivez-moi dans ce qui suit.
L'étonnement sera au rendez-vous!