Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus. comments powered by Disqus

Au-delà de toutes ces figures dissimulées involontairement

Personnage ds le tableau vert en N&B
Je crois qu’il est temps de faire le point et de dégager, cette fois, le SENS de cette production artistique et le MESSAGE sous-jacent qu’elle nous livre. On doit tout d’abord se rappeler son origine, considérer le processus qui a présidé à sa réalisation. Cette création est née de la volonté de son auteure de se laisser aller à l’INTUITION du geste, de s’abandonner à ce qui vient de l’intérieur sans chercher à juger de ce qui doit être ou pas, donc de se laisser guider par l’inspiration du moment. C’était là permettre à ce qui est INSTINCTIF en soi de prendre le dessus sur la pensée. De cet abandon est né ce tableau qui n’avait, semble-t-il, rien d’autre à offrir que ses couleurs et ses teintes sobres, sans formes particulières qui se dégageaient aux premiers coups d’œil dirigés en sa direction pour en apprécier le contenu. Si bien que l’on regardait cette création, non encore signée, sur l’une ou l’autre de ses QUATRE FACES.

Au fil du temps, suivant des observations répétées, des DÉCOUVERTES fortuites et nombreuses, ont apporté un éclairage tout à fait INATTENDU sur cette œuvre et sa signification. D’un ensemble indifférencié ont jailli des formes de plus en plus définies, des formes qui ont pris l’allure de FIGURES humaines et animales. Et ce qui ne manqua pas de surprendre, c’est que ces manifestations faisaient irruption sur les quatre côtés que l’on puisse regarder un tableau.

Autre fait INUSITÉ, c’est que ces figures ne se laissaient pas facilement appréhender du fait qu’elles étaient parfaitement intégrées à l’ensemble. Ces visages, il fallait les DÉCELER, les isoler à l’aide des traits et des changements de couleurs et de teintes dans cette peinture, ce qui permettait d’en faire des PERSONNAGES, et de les dégager pour mieux les faire PERCEVOIR.

Aussi, de remettre, par la suite, en CONTEXTE ces formes nombreuses aperçues un peu partout dans la toile a fini par nous démontrer la COMPLEXITÉ de cette surprenante production improvisée. Au-delà de 175 visages plus ou moins réalistes exhumés patiemment au fil des années, sans être des portraits (cela va de soi, car ceux-ci se seraient facilement imposés à notre regard), cela tient, quant à moi, du phénomène du fait que ceux-ci ont été réalisés INCONSCIEMMENT.

Mais, LE PLUS IMPORTANT est peut-être à trouver ailleurs que dans ce cortège impressionnant de formes imbriquées çà et là dans la toile sur l’un ou l’autre côté. L’appréciation de cette toile déclinée en quatre tableaux ne vient-elle pas nous parler de nos PERCEPTIONS, en ce qu’elles sont plus que limitées, partielles et partiales?

Quand nous pensons avoir fait le tour d’un événement, d’une vision des choses, d’un système de pensée, d’une personne, l’existence de cette toile ne vient-elle pas nous rappeler nos LIMITES dans notre appréciation de ceux-ci. Nos JUGEMENTS ne sont-ils pas par trop rapides et définitifs? Quand nous pensons avoir fait le tour de ce que pense - et j’ajouterais, sans prendre en compte ce que ressent une personne - nous la cataloguons selon nos propres catégories, nous la casons souvent définitivement et cela s’applique également aux idéologies qu’elles mettent de l’avant.

Ce que j’ai réussi à comprendre et que je tente de partager, c’est qu’il est impératif parfois de changer de PERSPECTIVE, de considérer un point de vue qui nous semble, de prime abord, diamétralement opposé. Si je m’étais contenté de contempler qu’une seule face de “Révélation”, je me serais privé de tout ce que j’ai pu découvrir dans LA FACE OPPOSÉE. Et même là, la vérité des êtres et des choses est d’une COMPLEXITÉ telle que de considérer deux points de vue n’épuise pas leur réalité. Il y avait aussi les faces C et D, qui elles aussi ont livré leur lot de figures inattendues.

C’est sans doute là un message qu’il nous faille traquer la VÉRITÉ sans cesse mouvante et complexe et que nos partis pris sont, à l’avance, condamnés à n’être que très partiels, biaisées. Ignorer ce que l’autre à nous dire, c’est s’exclure soi-même de toute autre possibilité, s’enfermer dans notre vérité et, à la limite, devenir sectaire dans nos choix et propos.

Sans relâche, j’ai invité les gens sur mon site à replacer les formes isolées dans leur CONTEXTE où elles prennent leur sens comme partie prenante d’un tout. Cela nous enseigne sans doute que les bribes d’information que nous glanons ici et là ne trouvent leurs sens que dans un contexte que nous ne connaissons pas le plus souvent dans toute son étendue. Les perceptions diverses n’en témoignent-elles pas?

Révélation de figures fait avec Color Splash Studio


Ce BESOIN DE REPRÉSENTATION m’a poussé à chercher dans ces tableaux des formes qui me soient familières. C’est, sans doute, ce que nous faisons tous en considérant ce qui nous apparaît comme abstrait dans une œuvre artistique. Nous tâchons, le plus vite possible, de nous forger une VISION des choses que nous appuyons forcément sur nos expériences passées, nos valeurs. C’est un besoin inné de comprendre ce qui nous échappe et de l’apprivoiser.

Mais, parfois, de déconnecter le MENTAL afin de sentir les choses autrement, pourrait aussi nous apporter une CONSCIENCE plus aiguë de celles-ci. Les animaux ont des choses à nous enseigner là-dessus. Je suis content d’en avoir découvert plusieurs dans la toile de Margin (ce nom d’artiste est, d’ailleurs, la contraction de Marie et Ginette, mais pour moi, il est porteur d’une signification autre, à savoir que cette façon de peindre et les œuvres qui en ont découlé se situent en marge de ce qui est habituel et plus accessible.)

En guise de conclusion de ces quelques pensées, je dirai qu’il faille se garder de JUGER trop vite des situations et des personnes, que la réalité est beaucoup plus RICHE que ce que nous en percevons, que les POSSIBILITÉS sont grandes et jamais épuisées. Était-ce Socrate, ce sage de l’antiquité qui affirmait que l’ “on trouve ce que l’on cherche” ? Et si nous nous rendions PERMÉABLES aussi à ce que l’on pourrait trouver d’autre, DISPONIBLES à ce que nous ne pouvons même pas soupçonner, par trop pressés dans ce siècle où tout va si vite, bombardés que nous sommes d’informations et excités par tant de sensations fugaces.

Somme toute, gardons l’ESPRIT et le COEUR ouverts.

Imbriquées, toutes ces formes

Ces contours qui s’interpénètrent représentent les formes dégagées de la toile “Révélation” à l’aide de Photoshop, ce qui m’a permis de superposer tous les calques des faces A et B et de les laisser tous voir en même temps. S’il avait fallu que je puisse afficher simultanément en sus les côtés C et D, on peut s’imaginer l’imbroglio de tous ces enchevêtrements de lignes. Cela a le mérite de montrer combien toutes ces figures se chevauchent et se servent d’une ou plusieurs parties des autres pour se constituer elles-mêmes.

blog comments powered by Disqus
Discussion autour de la toile