Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus. comments powered by Disqus

Au-delà de toutes ces figures dissimulées involontairement

Personnage ds le tableau vert en N&B
Je crois qu’il est temps de faire le point et de dégager, cette fois, le SENS de cette production artistique et le MESSAGE sous-jacent qu’elle nous livre. On doit tout d’abord se rappeler son origine, considérer le processus qui a présidé à sa réalisation. Cette création est née de la volonté de son auteure de se laisser aller à l’INTUITION du geste, de s’abandonner à ce qui vient de l’intérieur sans chercher à juger de ce qui doit être ou pas, donc de se laisser guider par l’inspiration du moment. C’était là permettre à ce qui est INSTINCTIF en soi de prendre le dessus sur la pensée. De cet abandon est né ce tableau qui n’avait, semble-t-il, rien d’autre à offrir que ses couleurs et ses teintes sobres, sans formes particulières qui se dégageaient aux premiers coups d’œil dirigés en sa direction pour en apprécier le contenu. Si bien que l’on regardait cette création, non encore signée, sur l’une ou l’autre de ses QUATRE FACES.

Au fil du temps, suivant des observations répétées, des DÉCOUVERTES fortuites et nombreuses, ont apporté un éclairage tout à fait INATTENDU sur cette œuvre et sa signification. D’un ensemble indifférencié ont jailli des formes de plus en plus définies, des formes qui ont pris l’allure de FIGURES humaines et animales. Et ce qui ne manqua pas de surprendre, c’est que ces manifestations faisaient irruption sur les quatre côtés que l’on puisse regarder un tableau.

Autre fait INUSITÉ, c’est que ces figures ne se laissaient pas facilement appréhender du fait qu’elles étaient parfaitement intégrées à l’ensemble. Ces visages, il fallait les DÉCELER, les isoler à l’aide des traits et des changements de couleurs et de teintes dans cette peinture, ce qui permettait d’en faire des PERSONNAGES, et de les dégager pour mieux les faire PERCEVOIR.

Aussi, de remettre, par la suite, en CONTEXTE ces formes nombreuses aperçues un peu partout dans la toile a fini par nous démontrer la COMPLEXITÉ de cette surprenante production improvisée. Au-delà de 175 visages plus ou moins réalistes exhumés patiemment au fil des années, sans être des portraits (cela va de soi, car ceux-ci se seraient facilement imposés à notre regard), cela tient, quant à moi, du phénomène du fait que ceux-ci ont été réalisés INCONSCIEMMENT.

Mais, LE PLUS IMPORTANT est peut-être à trouver ailleurs que dans ce cortège impressionnant de formes imbriquées çà et là dans la toile sur l’un ou l’autre côté. L’appréciation de cette toile déclinée en quatre tableaux ne vient-elle pas nous parler de nos PERCEPTIONS, en ce qu’elles sont plus que limitées, partielles et partiales?

Quand nous pensons avoir fait le tour d’un événement, d’une vision des choses, d’un système de pensée, d’une personne, l’existence de cette toile ne vient-elle pas nous rappeler nos LIMITES dans notre appréciation de ceux-ci. Nos JUGEMENTS ne sont-ils pas par trop rapides et définitifs? Quand nous pensons avoir fait le tour de ce que pense - et j’ajouterais, sans prendre en compte ce que ressent une personne - nous la cataloguons selon nos propres catégories, nous la casons souvent définitivement et cela s’applique également aux idéologies qu’elles mettent de l’avant.

Ce que j’ai réussi à comprendre et que je tente de partager, c’est qu’il est impératif parfois de changer de PERSPECTIVE, de considérer un point de vue qui nous semble, de prime abord, diamétralement opposé. Si je m’étais contenté de contempler qu’une seule face de “Révélation”, je me serais privé de tout ce que j’ai pu découvrir dans LA FACE OPPOSÉE. Et même là, la vérité des êtres et des choses est d’une COMPLEXITÉ telle que de considérer deux points de vue n’épuise pas leur réalité. Il y avait aussi les faces C et D, qui elles aussi ont livré leur lot de figures inattendues.

C’est sans doute là un message qu’il nous faille traquer la VÉRITÉ sans cesse mouvante et complexe et que nos partis pris sont, à l’avance, condamnés à n’être que très partiels, biaisées. Ignorer ce que l’autre à nous dire, c’est s’exclure soi-même de toute autre possibilité, s’enfermer dans notre vérité et, à la limite, devenir sectaire dans nos choix et propos.

Sans relâche, j’ai invité les gens sur mon site à replacer les formes isolées dans leur CONTEXTE où elles prennent leur sens comme partie prenante d’un tout. Cela nous enseigne sans doute que les bribes d’information que nous glanons ici et là ne trouvent leurs sens que dans un contexte que nous ne connaissons pas le plus souvent dans toute son étendue. Les perceptions diverses n’en témoignent-elles pas?

Révélation de figures fait avec Color Splash Studio


Ce BESOIN DE REPRÉSENTATION m’a poussé à chercher dans ces tableaux des formes qui me soient familières. C’est, sans doute, ce que nous faisons tous en considérant ce qui nous apparaît comme abstrait dans une œuvre artistique. Nous tâchons, le plus vite possible, de nous forger une VISION des choses que nous appuyons forcément sur nos expériences passées, nos valeurs. C’est un besoin inné de comprendre ce qui nous échappe et de l’apprivoiser.

Mais, parfois, de déconnecter le MENTAL afin de sentir les choses autrement, pourrait aussi nous apporter une CONSCIENCE plus aiguë de celles-ci. Les animaux ont des choses à nous enseigner là-dessus. Je suis content d’en avoir découvert plusieurs dans la toile de Margin (ce nom d’artiste est, d’ailleurs, la contraction de Marie et Ginette, mais pour moi, il est porteur d’une signification autre, à savoir que cette façon de peindre et les œuvres qui en ont découlé se situent en marge de ce qui est habituel et plus accessible.)

En guise de conclusion de ces quelques pensées, je dirai qu’il faille se garder de JUGER trop vite des situations et des personnes, que la réalité est beaucoup plus RICHE que ce que nous en percevons, que les POSSIBILITÉS sont grandes et jamais épuisées. Était-ce Socrate, ce sage de l’antiquité qui affirmait que l’ “on trouve ce que l’on cherche” ? Et si nous nous rendions PERMÉABLES aussi à ce que l’on pourrait trouver d’autre, DISPONIBLES à ce que nous ne pouvons même pas soupçonner, par trop pressés dans ce siècle où tout va si vite, bombardés que nous sommes d’informations et excités par tant de sensations fugaces.

Somme toute, gardons l’ESPRIT et le COEUR ouverts.

Imbriquées, toutes ces formes

Ces contours qui s’interpénètrent représentent les formes dégagées de la toile “Révélation” à l’aide de Photoshop, ce qui m’a permis de superposer tous les calques des faces A et B et de les laisser tous voir en même temps. S’il avait fallu que je puisse afficher simultanément en sus les côtés C et D, on peut s’imaginer l’imbroglio de tous ces enchevêtrements de lignes. Cela a le mérite de montrer combien toutes ces figures se chevauchent et se servent d’une ou plusieurs parties des autres pour se constituer elles-mêmes.

Comments

Des personnages d'un grand réalisme

Unable to Launch Flash Player

This message is being displayed because the browser was unable to load the Flash Player required to display this content.

There are several possible causes for this;

  1. Your current Flash Player is outdated or it is not installed on your system. Download the latest Flash Player.
  2. Your browser does not have JavaScript enabled, this is required to load the Flash content.
  3. The Theme file used to generate this site may be missing the required JavaScript to launch the Flash player.
Chaque diapo a une durée de dix secondes. En somme, très peu de temps pour l’observation et la perception des détails de chaque figures dégagées de la toile “Révélation”. Afin d’arrêter le défilement du diaporama, promener votre curseur tout près de la base de l’image; une bande étroite de commandes vous permettra de mettre en pause celui-ci ou de faire défiler manuellement le temps voulu pour apprécier les détails de chaque personnage. Se rappeler que ceux-ci ne prennent tout leur sens qu’en CONTEXTE, là où ces formes se retrouvent l’une dans l’autre, imbriquées, amalgamées, utilisant l’autre à son profit pour se constituer elles-mêmes. Alors, n’hésitez pas à les retrouver dans cette page où non seulement vous retrouvez une brève description pour chacun des personnages trouvés vis-à-vis son icône, mais aussi les COORDONNÉES pour les repérer à l’aide des GRILLES qui s’affichent sur l’un ou l’autre côté de la toile “Révélation”. Pour ce faire, cliquer sur les tableaux de Margin affichés sur cette page: la toile à l’étude apparaîtra sous ceux-ci et en passant votre curseur au-dessus, une grille graduée s’y superposera.

Comments

Le dessin au service des personnages

Une soixantaine de personnages de la toile Révélation - copie


DES CROQUIS UTILES POUR SE RAPPELER
AUX DESSINS PLUS RESSEMBLANTS POUR MIEUX FAIRE SAISIR LE RÉALISME DES FIGURES EXTRAITES

Voici ci-dessous, colligés et agglutinés, DES DESSINS FAITS À LA SAUVETTE, question de ne pas oublier une forme VUE PAR HASARD suite à un regard furtif en direction d’un agrandissement de la toile,VISIONS DONC FORTUITES dégagées pendant des commerciaux à la télé. Ceux-ci devaient servir d’ébauches à un travail plus minutieux de découpage, par la suite, avec Photoshop. Hélas, j’ai commencé sur le tard à dater cette récolte et souvent ce fut fait en différé! Comme je l’ai mentionné maintes fois ailleurs sur le site, au début, ON NE POUVAIT SAVOIR que cette toile renfermait des tas de possibilités de visages à découvrir. Ce qu’il me reste aujourd’hui pour dater approximativement les TROUVAILLES, c’est des clichés d’appareil numérique, mais comme les originaux ont parfois été détruits ou remplacés et que l’importation des données dans des banques de données se faisait postérieurement, les DATES des dites photos ne sont pas toujours exactes même si elles représentent des indications précieuses aujourd’hui. Quant aux dessins, on peut constater mon talent très limité, surtout sur les CROQUIS qui suivent. Lorsque j’ai décidé de tâcher de m’appliquer davantage pour représenter ce que je voyais, je me suis surpris à pouvoir dessiner des figures, disons, convenables. Je n’avais jamais essayer sérieusement de représenter des visages auparavant sachant que je n’avais pas de talent naturel pour ce faire.

Dessins empilés - blog

Projections subjectives sur les formes extraites de la toile "Révélation"

Dans les
dessins qui suivent ce texte, vous trouverez une REPRÉSENTATION de ce que je vois clairement dans la toile "Révélation", considérée sur ses quatre côtés à la perpendiculaire.

Chaque dessin s'approche le plus possible de l'extrait aux fins de comparaison. Donc,
vous pourrez voir la figure dessinée vis-à-vis chaque extrait tiré de l'œuvre. Là, ceux et celles qui recherchent une copie exacte ou un portrait hyperréaliste seront déçus. Après tout, ces formes, que j'ai extraites de la toile "Révélation", ont été réalisées de façon inconsciente par son auteure, c'est-à-dire sans aucun dessein de les tracer ou de les peindre ainsi et d'arriver à pareille résultat.

Afin de bien percevoir chaque visage dans la toile, il faut donner du temps à son cerveau pour dégager de chaque ensemble ce qui s'y trouve.
Si ces figures étaient évidentes, on les verrait du premier coup d'œil, et cela reste valable même une fois extraites. Point besoin alors de les extirper de leur contexte pour en faire apprécier le réalisme. D'où les figures dessinées pour aider à mieux voir les contenus extraits. Au plus, les dessins ont été réalisés pour suggérer ce que l'on doit chercher à percevoir dans l'extrait. Par exemple, certaines taches suggèrent des yeux, surtout quand ceux-ci sont placés où on les trouve normalement dans un visage. C'est bien de cela aussi qu’il s'agit: ces figures s'approchent des traits habituellement trouvés chez un humain. J'ai parfois ajouté des oreilles ou des accessoires là où il n'y en avait pas dans mes interprétations dessinées. Vous saurez faire la part des choses, j'en suis sûr.

Ce qui ajoute à la difficulté de perception si l'on tente d'appréhender la toile dans son ensemble, c'est que chacun des extraits proposés s'y trouve comme fondu dans le tout;
les figures se compénètrent, se chevauchent. Elles sont imbriquées ou amalgamées, pour ainsi dire. Leurs apparitions, pour ainsi dire, s'est faites après coup, au fil des découvertes tout à fait fortuites. Ce n'est qu'au fil du temps que tous ces visages se sont imposés à la faveur de coups d'œil répétés en directon de l'agrandissement de ces quatre tableaux en un. Ce n'est donc pas en regardant cela tout juste cinq minutes qu'on y verra tout ce qui s'y trouve vraiment. Il faut être perméable et prendre le temps de se laisser imprégner par ce que nous renvoient ces couleurs et ces teintes donnant des formes d'apparence floue.Mais, en définitive, chaque figure suggérée s'avère tout de même d'un grand réalisme, d'après moi, dès qu'on les extirpe de leurs contextes.

Somme toute,
si quelqu'un recherche des portraits, il vaut mieux alors regarder ailleurs. La photographie conviendra, dans ce cas. Ici, il s'agit d'une œuvre d'art réalisée en quelques heures seulement, sans aucune intention d'en arriver à pareil résultat. Il ne s'agissait que d'une expérience: étaler des couleurs de façon intuitive, selon les sentiments du moment, sans plus. Si cela devait représenter quelque chose de significatif au final, tant mieux. Cette façon de peindre a d'ailleurs inspiré son nom à cette réalisation spontanée de Margin. Celle-ci s'est attachée moins au contenu qu'à la façon de peindre qui s'est avérée pour elle très libératrice.

Ce n'est qu'après coup et sur de nombreuses années que toutes ces figures ont été extraites par moi, son conjoint, comme exhumées par un archéologue patient sans savoir au préalable que j'allais trouver les trésors que ces quatre tableaux en un représentent. Cela n'avait rien d'évident, je le répète.

Alors, garder en tête en visualisant les extraits qu'il faille faire un effort de représentation sans quoi on y verra que des taches sans consistance pour certains. Il faut donc éduquer le regard, en quelque sorte, et faire preuve d'un minimum d'imagination. Les dessins sont là uniquement pour aider à se figurer ces visages. Le fait d'avoir déjà vu de pareilles figures dans des illustrations ou au cinéma aidera, certes.

Suite à ces notes introductives, je crois que vous serez prêt(e) à considérer ce que je vous propose (quelques 150 visages extraits çà et là dans la toile) comme étant
un fait inusité, voire même insolite. À vous de décider. Ce que je trouve phénoménal et incroyable ne provoquera au plus que des haussements d'épaules chez d'autres. L'art fait rarement l'unanimité, encore moins l'interprétation qu'on en fait.

Stacks Image 2371
Stacks Image 2373
Stacks Image 2375
Stacks Image 2377
Stacks Image 2379
Stacks Image 2381
Stacks Image 2383
Stacks Image 2385
Stacks Image 2387
Stacks Image 2389
Stacks Image 2391
Stacks Image 2393
Stacks Image 2395
Stacks Image 2397
Stacks Image 2399
Stacks Image 2401
Stacks Image 2403
Stacks Image 2405
Stacks Image 2409

Afin d’arrêter le défilement du diaporama, promener votre curseur tout en haut à la droite de l’image; à l’intérieur du mouvement circulaire se trouve un bouton ‘pause’. Vous pouvez choisir de faire défiler manuellement le temps voulu pour apprécier les détails de chaque personnage en vous servant des flèches à la gauche ou à la droite de chaque image (les faire apparaître en promenant le curseur près des marges).

Comments

Hier, aujourd'hui et demain


Capture d’écran 2014-05-12 à 08.36.39


Plusieurs mois se sont déroulés depuis la publication. Ce qui fut dit dans le long texte de l'historique lors du lancement reste vrai. L'intérêt pour une telle toile reste limité. Le pourquoi et l'explication définitive sont à chercher et à trouver. Ce qui me semble, à première vue, c'est d'une part, l'intérêt très mitigé pour l'art non-figuratif et l'effort requis pour s'approprier le contenu d'une telle toile dans la présentation que j'en ai faite qui s'étend sur de fort nombreuses pages web.

D'une part, ceux qui pratiquent cette forme d'art ont sans doute peu intérêt à s'intéresser à ce que les autres produisent dans la mesure où ces personnes privilégient avant tout leurs propres œuvres qu'elles veulent exhiber au plus grand nombre et si possible trouver preneur. Sinon, leur récompense se trouve souvent presqu'exclusivement dans le plaisir qu'ils ressentent lors de l'exécution, donc dans le processus créatif lui-même et dans la satisfaction d'avoir mener à bien leur projet. Pour les autres qui pourraient s'intéresser à l'art pictural, il semble qu'ils en aient surtout pour les œuvres figuratives. Peut-on leur en vouloir? Bien sûr que non. Tout à fait normal.

Par ailleurs, il y a tant d'illustrations qui circulent çà et là sur Internet. On n'a qu'à taper un mot et voilà que des centaines d'images nous apparaissent d'un coup. Pas surprenant qu'une production telle que soumise ici ne représente qu'un tableau parmi des centaines de milliers. Si l’on s’aventure à présenter celle-ci sur les média sociaux, on rejoint certes plus facilement un certain nombre de personnes, mais ces plates-formes n’incitent pas nécessairement à l’approfondissement des sites qui sont suggérés sur ceux-ci. Au plus, on survole ces derniers et on se promet qu’on reviendra un jour pour les explorer et les lire plus en profondeur, ce qui n’arrive pas ou peu compte tenu de l’abondance et des nouveautés qui surgissent, s’amoncellent et s’accumulent au quotidien. Alors, on privilégie l’image et la vidéo, ce dernier médium ne devant pas être d’une durée trop longue ou être trop formel. Le texte se doit d’être succinct et ne contenir que des phrases courtes. Pas de place pour les nuances, les élaborations ici. Si possible, pas trop de trucs sérieux, après tout, chacun “a sa journée dans le corps”. On cherche un divertissement, une détente, pas une corvée de plus.

Aussi, la navigation sur le web et donc l’affichage de données se fait de plus en plus fréquemment sur des téléphones ou des tablettes, donc sur des écrans restreints et dont la résolution peut être fort limitée et la navigation rendue plus difficile, parfois. Quelle sorte d’images peut alors susciter l’intérêt des internautes sur ce genre d’appareils? Certainement pas ce que je propose, car ce type d’œuvres exige un examen minitieux des détails et les extraits d’une telle production n’apparaissent que trop petits sur ces machines portatives. Seul un ordinateur de bureau avec un écran digne de ce nom est propre à faire apprécier correctement ce que je propose à la vue de tous.

Par ailleurs, ce n’est pas toujours le plus grand nombre qui sait se prévaloir de toutes les possibilités d’affichage qu’un système d’exploitation permet, comme par exemple l’affichage en plein écran, l’agrandissement ou l’ajustement de l’objet visionné pour un affichage optimal. Cela demande un minimum d’habilteté technique ou de savoir-faire pour se servir des possibilités mises à notre disposition par ces nouvelles technologies. Plus d’une fois, j’ai constaté que plusieurs personnes ne savaient pas comment naviguer sur une page web pour ouvrir des pages sous-catégoriées ou ignoraient pouvoir faire jaillir des images par simple glissement du curseur sur des images (rollovers) ou qu’une main miniature sous le pointeur du curseur indiquait un lien sous-jacent. Les boutons qui servent à accéder à d’autres pages web ne sont souvent, pour ces personnes, que pures décorations. Alors, sur un site que j’ai voulu linéaire -- ce qui, a priori est contraire à l’esprit de la navigation sur Internet -- celui-ci a peu de chance d’être exploré dans son entièreté, surtout s’il s’étend sur de très nombreuses pages.

Capture d’écran 2014-05-12 à 08.37.01

Somme toute, est-ce le sujet qui rebute, est-ce mon hypothèse qui est présomptueuse ou est-ce la manière de les présenter? Sans doute, tout cela à la fois. Chose certaine, il n’est pas facile de rejoindre les gens que pareille chose pourrait intéresser. Dommage que j’aie manquée en 2009 l’exposition tenue à Paris sous le titre “Une image peut en cacher une autre.” J’aurais pu proposer un autre type de paysage anthropomorphique, évidemment une production que je trouve hors du commun et peut-être même unique dans l’histoire de l’art (prétentieux à souhait, penserez-vous, mais je n’en connais aucune autre semblable dans tout ce que cette œuvre de Margin offre à la vue). Pour terminer, je dirai que je ne crois pas que ceux et celles qui ont vu cette toile déclinée en quatre tableaux ont su y voir toute l’originalité et le phénomène qu’elle représente et ce, soit par manque de l’appréciation de l’œuvre dans sa globalité ou par refus d’y voir ce qu’elle a d’exceptionnelle. Ma tâche de montrer au plus grand nombre de personnes cette réalisation inusitée reste entière. Puissais-je trouver le meilleur moyen de la faire connaître à un auditoire sans cesse plus grand.

Stacks Image 2413








Comments

Libérer l'imagination

Une expérience de peinture gestuelle ou intuitive avec des jeunes du primaire

Après avoir visité l'exposition de Margin à la bibliothèque locale avec ses élèves, notre fille Stéphanie a invité sa mère à poursuivre l'expérience dans sa classe, ce qui fut fort apprécié par ceux-ci. Certains qui éprouvaient de la retenue au départ ont pu se laisser aller à leur inspiration du moment et d'autres, complètement inhibés au début, ont pu se libérer et finalement s'exprimer par la peinture. Bien qu'aucun n'ait produit de chefs-d'œuvres ce jour-là, cette initiation a peut-être donné des idées à ceux et celles plus enclins à s'extérioriser par les arts d'une façon différente que par la peinture figurative. À voir le sourire de Margin, on devine combien l'expérience d'interaction avec les jeunes lui a plu. Brillante idée de notre fille enseignante que d'inviter sa mère ainsi.

Margin dans la clase de notre fille
Margin avec un groupe de filles
Margin avec un groupe de garçons
Margin et d'autres filles du groupe
Margin et l'une des élèves
Margin et l'un des élèves

Cliquer sur l'image pour voir d'autres photos

Comments

Les chemins de la création

Le côté instinctif de la création

Il y a parfois de ces coïncidences incroyables, comme par exemple celles que je vais vous exposer.

L'étude du japonais m'a inévitablement amené à étudier les signes chinois (Hanzi->Kanji) que les Japonais utilisent concurremment avec deux autres syllabaires de leurs crus et, quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre qu'une des traductions selon les sens divers du mot "création" utilise le kanji
qui représente une bouche surmonté d'une vache, en quelque sorte "la vache qui parle", ce rectangle sous la vache représentant un orifice, et par extension la bouche. Or, la face D exhibe une "figure" de vache accompagnée de son veau.

Ce mot "création" dans le sens large de "production", par exemple comme dans la création du ciel et de la terre 天地創 【てんちそうぞう nous montre ce même signe de la "vache" ajouté à un autre signe signifiant marcher, la route, le chemin, entrant également dans la composition du mot "voie" , notamment dans le sens abstrait que l'on retrouve d'ailleurs pour désigner la voie spirituelle des arts martiaux (le "do" ou "tao" des Chinois) qui se retrouve dans bien des kanji.

La vache et son veau dans la face D de Révélation


Je pense alors à l'animal et son instinct, ce qui me renvoie au côté instinctif de l'art gestuel, la personne se mettant en chemin, sur la voie de la création, prête à produire intuitivement ce qui vient à son esprit et disponible à ce que ses sentiments du moment lui dicte.

Et il y a davantage. Considérez à nouveau ce que je vous ai proposé en antichambre, "La Gardienne de l'Au-delà". Vous vous rappelez? Cette fois, c'est le mot "révélation" qui lui-même peut avoir plusieurs sens selon, bien sûr, les contextes où ce vocable se retrouve. Ici, dans ce mot,
啓示 【けいじ】il désigne un oracle, une révélation ou un message divin; 天啓 【てんけい】une prédiction divine, une révélation (divine).

Voyez ce signe
parmi les deux mots composés précédents: à gauche, il y a le signe désignant la porte; à droite le maître ou la maîtresse de corvée qui veille à ce que l'ouvrage se fasse et qui est prêt-e à rectifier les gestes fautifs à l'aide de son bâton, le cas échéant. En dessous, à nouveau, le rectangle représentant la bouche, donc la parole.
Poursuivre la lecture de l'article…
Comments

Origine de la toile "Révélation"

Capture d’écran 2015-03-10 à 16.48.49

Comments

Comme une bouteille lancée à la mer

La toile "Révélation" vous livrera ses secrets

Lancement du site

Aujourd’hui, après une préparation de plus de dix années et plus spécifiquement de deux années de travail à confectionner ce site web, voici qu’est enfin publié ce que je voulais montrer à tous: la toile “Révélation” nommée aussi “La Mémoire du Temps” réalisée par Margin au début de l’année 2002. Une toile que je qualifie de mystérieuse, car ce qui apparaît comme une œuvre abstraite, sans contenu figuratif, devant laquelle l’on pourrait facilement passer outre sans trop la remarquer, par exemple, dans une exposition où quelques centaines de tableaux sont accrochés, eh bien, cette huile de 16” x 12” (40 x 30 cm) renferme des trésors insoupçonnés, une véritable mine dont j’ai voulu explorer à fond les ressources et qui a retenu mon attention tout ce temps, d’où l’analyse que j’en ai faite qui occupe le coeur de ce site et à laquelle je consacre la plupart des pages. Que peut-on tant dire d’une simple création, par une amatrice de surcroît en la matière, qui ne soit pas de vaines élucubrations ou des propos purement techniques destinés à des spécialistes de l’art moderne? C'est que je qualifie cette toile de mystérieuse et d'énigmatique! En quoi? C’est justement le but que je me suis employé à poursuivre dans l’élaboration de ce site: proposer à tous ce phénomène inusité; décrypter, si je puis dire, ses secrets et susciter un questionnement.

Si vous avez pris la peine d’explorer la présentation et les pages s’y rapportant et qu’en plus vous avez observé vous-même cette toile déclinée en quatre tableaux avant d’y lire les interprétations que j’en ai faites par contours ou découpages, vous aurez constaté, comme nous au début, que rien de tellement évident ne ressortait de cette production artistique. Tous ceux et celles qui ont suggéré un contenu quelconque y ont vu un paysage: des montagnes à l’intérieur desquelles un ruisseau ou un torrent se fraie un chemin dans la forêt qui prédomine. Une enfant de huit ans a même donné spontanément comme titre “Le vent” à cette création en ne la regardant que très brièvement.

Poursuivre la lecture de l'article…
Comments
Discussion autour de la toile